Loi de bioéthique & Don d’organes post mortem

Cette rubrique est consacrée
- d’une part, à l’état actuel de la législation sur le don d’organes et de tissus humains après la mort ;
- d’autre part, à toutes les évolutions possibles de la loi pour compléter le principe du consentement présumé ou bien aller encore au delà.

En effet, face à
- la pénurie de greffons disponibles,
- l’augmentation annuelle du nombre des malades en attente d’une greffe,
- de trop nombreux décès de malades en attente d’une greffe dont certains pourraient être sauvés,

il est indispensable d’envisager de nouvelles mesures plus solidaires :
- pour enregistrer et protéger le consentement explicite des donneurs potentiels sans supprimer le principe du consentement présumé
- enfin et surtout, pour éviter de perdre des greffons précieux pour tant de malades en attente d’une greffe dont certains finissent par mourir faute d’un greffon disponible.


Articles publiés dans cette rubrique

samedi 26 février 2011
par  Yolande BERTRAND-LABORDE

loi de bioéthique : une petite avancée

Le jeudi 10 février, en première lecture du projet de révision de la loi de bioéthique, les députés adopté l’amendement n° 95 de Madame Claude Greff (c’est bien son nom), visant à rendre possible en France le don d’organe entre personnes vivantes ayant un lien étroit, stable et avéré.
Il s’agit de (...)

dimanche 3 février 2013
par  Pierre PETITGAS

Loi de bioéthique 2011 : Toujours aussi incohérente et irrespectueuse pour le don d’organes post mortem

En France, le taux moyen de refus familial (environ 32%) de prélèvement post-mortem est parmi les plus mauvais en Europe. D’après l’Agence de la Biomédecine entre 800 et 850 malades en attente d’une greffe, meurent chaque année faute de greffon disponible.
Le refus d’enregistrer et protéger (...)

dimanche 14 décembre 2014
par  Pierre PETITGAS, Yolande BERTRAND-LABORDE

Une loi de bioéthique incohérente et lourde de graves conséquences

Une situation scandaleuse et inacceptable
Les chiffres ci-dessous sont issus de ceux publiés par l’Agence de la biomédecine et ceux du rapport de l’Eurobaromètre concernant le Don d’organes en France. - On déplore chaque année, environ 800 à 850 morts d’après son Rapport annuel de 2007 [1] tandis (...)

samedi 20 décembre 2014
par  Pierre PETITGAS

Une Loi de bioéthique qui ne reconnait pas le Don d’organes !

En bref, la loi de bioéthique de 2004 ne reconnait pas le don d’organes post mortem ; elle ne reconnait et ne protège que les refus et ignore les consentements explicites. Elle encadre seulement les conditions du prélèvement de nos organes.

mercredi 23 juin 2010
par  Pierre PETITGAS

Don d’organes : il n’existe pas de registre du "Oui"

A l’occasion de la journée nationale de réflexion sur le don d’organes, Yolande Bertrand-Laborde, Vice-Présidente du Collectif Don d’Organes et Présidente de France ADOT Paris (association pour le Don d’organes et de tissus humains), rappelle l’absence de valeur légale de la carte de donneur.
Yolande (...)

Annonces

Recherche Bénévoles

Même avec peu de disponibilité, vous pouvez soutenir la lutte contre la pénurie de greffons et la cause du don d’organes dans votre localité.

Logo CDO