Propos du corps médical

L’annonce du décès d’un patient à sa famille est toujours un épisode difficile pour un médecin réanimateur. C’est souvent synonyme d’échec.

Quand le malade est jeune, quand le décès est brutal (accident de moto par exemple), la douleur des familles peut parfois se traduire par une agressivité à l’égard de l’équipe soignante.

En cas de prélèvement   d’organes envisagé, l’entretien avec la famille va rechercher la position du défunt vis à vis du don d’organes. Avait-il clairement exprimé son refus de faire don de ses organes à sa mort ? Ce sont les termes de la loi.

Bien souvent encore, les volontés du défunt ne sont pas connues. Souvent, il n’en avait jamais parlé !

Parler de la mort à 20 ans… Le dialogue est alors difficile, le désarroi se rajoute à la douleur, la décision est impossible à prendre.

Alors, trop souvent, le prélèvement   n’a pas lieu…

Pourtant, la loi donne la possibilité de clairement afficher notre position vis à vis du don d’organes : par le registre   des refus ou par l’expression claire de ses volontés au près de sa famille ou de ses amis.


Articles publiés dans cette rubrique

vendredi 4 juin 2010
par  Pierre PETITGAS

Une greffe d’organe contaminé n’est source de responsabilité qu’en cas de faute

Le Conseil d’Etat a considéré que la cour administrative d’appel avait commis une erreur de droit en appliquant un régime de responsabilité sans faute à la transplantation d’organes.
Le 27 janvier 2010, le Conseil d’Etat a annulé l’arrêt de la cour administrative d’appel de Lyon du 20 décembre 2007 (CAA (...)

jeudi 10 juin 2010
par  Pierre PETITGAS

Miraculée grâce à une greffe inédite au CHUV

TRANSPLANTATION | Ce n’est pas une greffe standard qu’a effectuée le Pr Hans-Beat Ris.
En rétablissant des structures coupées lors de l’ablation du poumon malade de Lise, le chirurgien a défriché un terrain vierge.
Les héros de cette aventure extraordinaire témoignent.
Implanter deux poumons dans une (...)

mardi 15 juin 2010
par  Pierre PETITGAS

Moelle osseuse : support de thérapie génique

Les virus sont souvent vus comme des organismes nuisibles, et concernant le SIDA, c’est un fait avéré.
Pourtant, une équipe de recherche menée par le professeur Patrick Aubourg a réussi à transformer et inactiver ce virus pour freiner l’évolution chez deux enfants de l’adrénoleucodystrophie, une (...)

samedi 6 mars 2010
par  Pierre PETITGAS, Yolande BERTRAND-LABORDE

Quand un médecin réanimateur doit annoncer un décès

Je suis médecin réanimateur.
Pour moi l’annonce d’un décès à une famille est toujours une épreuve. La douleur immense des familles peut parfois s’accompagner de colère, d’incompréhension voire d’agressivité envers l’équipe soignante.
Aborder dans ces conditions le don d’organes peut majorer cette douleur (...)

samedi 6 mars 2010
par  Pierre PETITGAS, Yolande BERTRAND-LABORDE

Médecin réanimateur face à la difficile décision des familles

Je suis médecin réanimateur et je travaille dans un hôpital autorisé à pratiquer des prélèvements d’organes sur des personnes décédées.
La loi me demande, si j’envisage de réaliser un prélèvement, de rechercher l’opposition éventuelle du défunt.
C’est le plus souvent la famille qui est dépositaire de ces (...)

Annonces

Recherche Bénévoles

Même avec peu de disponibilité, vous pouvez soutenir la lutte contre la pénurie de greffons et la cause du don d’organes dans votre localité.

Logo CDO