Don d’organes : il n’existe pas de registre du "Oui"

mercredi 23 juin 2010
par  Pierre PETITGAS
popularité : 12%

A l’occasion de la journée nationale de réflexion sur le don d’organes, Yolande Bertrand-Laborde, Vice-Présidente du Collectif Don d’Organes   et Présidente de France ADOT Paris (association pour le Don d’organes et de tissus   humains), rappelle l’absence de valeur légale de la carte de donneur.

Yolande Bertrand-Laborde, répondait ce matin aux questions de Marc Fauvelle. (3’58")

Le chat prend position en faveur du don d'organes " Environ 13.000 personnes sont en attente. C’est très difficile de savoir quand un donneur potentiel se présentera. Certains n’ont pas suffisamment de ressources pour pouvoir attendre ", rappelle Yolande Bertrand-Laborde.

" Les cas dans lesquels on peut prélever des organes pour sauver des vies sont des cas très rares ". S’il n’y a pas d’âge limite pour donner, " il faut mourir en bonne santé ", affirme t-elle.

" L’essentiel est de faire connaître sa décision puisque les proches sont appelés à témoigner de l’opinion du défunt. Actuellement il n’y a aucun de moyen de dire "oui" officiellement. Tout comme l’agence de biomédecine, nous distribuons une carte de donneur qui n’a aucune valeur légale. La loi reconnaît le "non" : il existe un registre   du refus. Mais il n’existe pas de registre   du "oui" ", déplore t-elle.

" Lors d’un décès, le corps médical doit rechercher la volonté du défunt. Il interroge le registre   du refus. S’il n’y figure pas, les médecins vont rencontrer les proches pour leur demander un témoignage   ".


Annonces

Recherche Bénévoles

Même avec peu de disponibilité, vous pouvez soutenir la lutte contre la pénurie de greffons et la cause du don d’organes dans votre localité.

Logo CDO