Greffe de moelle osseuse : notre comportement dépend-il de notre système immunitaire ?

dimanche 6 juin 2010
par  Pierre PETITGAS
popularité : 17%

Notre comportement serait-il uniquement dicté par notre cerveau ?

Des études sur la souris démontrent que notre système immunitaire   n’y serait pas non plus totalement étranger...

Cellule Gliale
Le système nerveux est composé de deux sortes de cellules : les neurones et les cellules gliales. Ces dernières constituent la microglie, qui assure la défense immunitaire du système nerveux. Leur rôle est donc a priori de sauvegarder la bonne marche du « vrai » système nerveux et de toutes ses fonctions, assurées par les neurones.

Ces cellules immunitaires pourraient-elles alors avoir un rôle direct dans le comportement ? Cela n’avait jamais été montré… jusqu’à aujourd’hui !

Nous avons l’impression de dicter consciemment notre comportement en fonction de nos envies et de nos choix. Pourtant, ce n’est pas toujours le cas : les TOC, ou troubles obsessionnels compulsifs, gâchent la vie de nombreuses personnes. Parmi celles-ci, les personnes sujettes à la trichotillomanie s’arrachent compulsivement les poils et les cheveux. Aucun traitement n’étant réellement efficace contre ce genre de trouble, les patients s’impatientent…

La « greffe  -médicament » pour demain ?

Microglie La trichotillomanie, observée chez les humains, rappelle tout à fait le comportement de souris dont le gène Hoxb8 est muté : ces rongeurs passent deux fois plus de temps à se nettoyer, ce qui résulte en la perte totale des poils du ventre et à l’apparition de blessures dues aux trop nombreux coups de dents. Mario Capecchi et son équipe de l’Université d’Utah de Salt Lake City ont montré que le gène Hoxb8 est exprimé dans le cerveau, mais uniquement dans les cellules microgliales, et que les cellules microgliales sont moins abondantes dans les souris possédant la mutation du gène.

Or ce gène Hoxb8 est également impliqué dans la formation des cellules dérivées de la moelle osseuse   que sont entre autres… les cellules microgliales. Serait-il alors possible, par une simple greffe   de moelle osseuse   saine, de modifier le comportement de souris malades ? C’est ce que l’équipe de Mario Capecchi a réussi à démontrer. La greffe   de moelle osseuse   saine sur des souris mutées rétablit un comportement normal pour une durée de quatre mois. A l’inverse, des souris saines greffées par une moelle osseuse   mutée ont commencé à se toiletter davantage et à voir apparaître peu à peu des halos sans poils au niveau du ventre, signes de l’apparition du trouble du comportement.

Ces études démontrent pour la première fois le lien direct entre l’immunité et le comportement. Bien que ces travaux soient prometteurs, il ne s’agit que de l’étude d’un gène en particulier, en outre sur la souris. La greffe   de moelle osseuse   pour guérir les troubles du comportement semble donc encore une idée bien trop ambitieuse pour l’heure. Mais pourquoi ne pas l’espérer ?


Source : Futura-sciences.com


Annonces

Recherche Bénévoles

Même avec peu de disponibilité, vous pouvez soutenir la lutte contre la pénurie de greffons et la cause du don d’organes dans votre localité.

Logo CDO