Ils donnent leurs RTT pour soigner Alain

mercredi 16 mars 2011
par  Pierre PETITGAS
popularité : 17%

À Mandeure, les salariés de Fuji Autotech ont donné des jours RTT à une collègue dont le mari est atteint d’un cancer  .

 « Mille mercis ! »

Est-il besoin d’en dire plus ? Les voix nouées par l’émotion, les yeux embués de larmes et les silences lourds de sens en disent plus long que les phrases alambiquées. Ce vibrant « Merci », Evelyne et Alain Humann, d’Arbouans, l’adressent au personnel de leur entreprise, Fuji Autotech, basée à Mandeure.

Témoignage Evelyne et Alain Voici un an, des collègues ont décidé de « donner » leurs jours RTT individuels à Évelyne, dont le mari est atteint d’une maladie grave, un lymphome   non hodgkinien : « J’avais épuisé tous mes jours, même des congés sans solde, pour veiller mon mari à l’hôpital de Besançon. Grâce à mes collègues, j’ai gagné 65 jours de plus. Mon directeur s’est renseigné, c’est légal », explique Évelyne, qui travaille depuis trente-deux ans à Mandeure (Alain a trente-cinq ans d’ancienneté).

 « Ils me disent toujours un petit mot pour Alain »

Pour ce faire, le responsable des ressources humaines et les syndicats ont passé un accord-cadre. « On le dit assez quand ça va mal dans une entreprise. Il faut mettre en avant les choses positives. » Alors, oui, que dire de plus ? Peut-être que le geste, tellement rare, fait encore croire à la force du collectif dans une société où l’individualisme grignote un peu plus de place chaque jour, que les attentions quotidiennes sont importantes : « Mes collègues me disent toujours un petit mot pour Alain. Ils ne m’ont jamais laissée tomber. »

Évelyne reconnaît que, grâce à ce mouvement généreux, les problèmes financiers ont été moindres : « J’ai eu moins de questions à me poser. » Cette solidarité, qui force l’admiration, aide le couple à avancer malgré les terribles épreuves auquel il est confronté depuis trois ans.

 « Sans mon épouse, je n’aurais pas supporté certains moments... »

La maladie fait son apparition en 2007, insidieuse mais déjà bien présente : « Je me suis fait mal au dos en portant une charge. Une grosse masse était visible à l’échographie. » Le diagnostic est ressenti comme un coup de tonnerre.

Le jargon médical dit si peu des souffrances endurées : opération, chimiothérapie, autogreffe en 2008, récidive, nouvelle chimiothérapie, allogreffe fin janvier grâce à un don de moelle osseuse   de son frère Philippe (le seul compatible), traitement antirejet, quinze pilules par jour… : « Je voudrais aussi dire merci à mon frère », parvient à articuler Alain. Ancien sportif, ce chef d’atelier aujourd’hui en invalidité court un tout autre marathon mais se bat sans relâche. Son regard bleu, même fatigué, est alerte. « Il a toujours été très courageux », dit de lui sa femme. « Sans mon épouse, je n’aurais pas supporté certains moments, surtout la chambre stérile », indique-t-il.

L’homme a des messages à faire passer : « Il faut dire aux gens à quel point un don de moelle osseuse   ou de sang est vital. » Rien n’est gagné, c’est vrai : « J’aimerais que la maladie nous laisse tranquille », note doucement Évelyne. Mais chaque jour qui se lève fait renaître l’espoir. Et, chaque jour, dans leur jardin, les fleurs continuent à pousser.


Source : Aude LAMBERT - Est Républicain
Évelyne et Alain, un amour, un courage, une dignité à toute épreuve.
Photo Jean-Luc GILLMÉ


Annonces

Recherche Bénévoles

Même avec peu de disponibilité, vous pouvez soutenir la lutte contre la pénurie de greffons et la cause du don d’organes dans votre localité.

Logo CDO