Marocains et Italiens projettent de réaliser la première greffe de la moelle osseuse au Maroc

lundi 7 juin 2010
par  Pierre PETITGAS
popularité : 12%

Un traitement qui coûte moins cher et offre une meilleure qualité de vie.
Possibilité de remplacer un gène déficient par un gène sain ou ce qu’on appelle la thérapie génique.

Don moelle osseuse « La greffe   de la moelle osseuse   constitue le seul traitement curatif de la thalassémie, maladie hématologique mortelle des enfants. Cette technique thérapeutique non encore disponible au Maroc coûterait 100 000 DH, l’équivalent d’un an de traitement à base de transfusions sanguines et de chélateurs de fer, thérapeutiques indispensables pour la survie de tout malade atteint de thalassémie. Donc en ce qui concerne le Maroc, les organismes de l’assurance maladie gagneraient à développer cette alternative thérapeutique, ce qui constituera indéniablement une économie de santé substantielle ».

C’est en ces termes que le Pr Mohammed Khattab, président de l’Association marocaine de thalassémie et des maladies de l’hémoglobine (MATHED), a introduit les travaux du workshop, organisé en collaboration de la Fédération internationale de thalassémie, samedi 29 mai au centre des conférences de la Fondation Mohammed VI à Rabat. De son côté, le Pr Loris Faulkner, spécialiste italien dans la greffe   de la moelle osseuse  , qui a contribué à la mise en place de centres de greffe   de moelle osseuse   dans plusieurs pays asiatiques. Il s’est déclaré prêt à mettre toute son expertise à la disponibilité des spécialistes marocains, pour réaliser des greffes de moelles osseuses dans les plus brefs délais. Il convient par ailleurs de signaler que tous les experts internationaux s’accordent à dire que dans les 10 dernières années les progrès dans le domaine de la greffe   de la moelle ont été réalisés dans 4 directions, dont le chef de file est le traitement des maladies non malignes du sang, thalassémie et drépanocytose.

Deuxième progrès, la possibilité de remplacer un gène déficient par un gène sain, ce qu’on appelle la thérapie génique. La troisième avancée est la greffe   de cellules souches   prélevées à partir de sang de cordons ombilicaux. Dernière donnée scientifique, le développement de nouvelles générations d’antibiotiques, d’antifongiques et d’agents antiviraux, de facteurs de croissance, permettant de lutter contre toutes les infections qui peuvent causer le rejet   d’un greffon   et surtout assurent une accélération de la maturation des cellules souches   qui produisent les globules rouges, blancs et les plaquettes. Il apparaît donc que la greffe   de la moelle osseuse   a pour but de remplacer la moelle malade d’un patient par une moelle saine provenant d’un donneur sain ayant la même carte d’identité tissulaire. Ce séminaire a connu la participation de pédiatres et d’hématologues de Rabat, Casablanca, Marrakech, Tétouan et Tanger, des spécialistes internationaux venus de Chypre, de Grèce, d’Arabie Saoudite, des Emirats Arabes Unis et d’Italie.

Ils ont développé les aspects épidémiologique, physiopathologique, thérapeutique, préventif, associatif, économique et religieux, liés à cette maladie héréditaire du sang, transmise aux enfants par des parents sains, mais porteurs du gène de la maladie.

Dr Anwar CHERKAOUI
07-06-2010


Source : La Vie Eco


Annonces

Recherche Bénévoles

Même avec peu de disponibilité, vous pouvez soutenir la lutte contre la pénurie de greffons et la cause du don d’organes dans votre localité.

Logo CDO