Ne pas infliger un second traumatisme

samedi 6 mars 2010
par  Pierre PETITGAS
popularité : 23%

Anesthésiste réanimateur, j’ai longtemps eu à annoncer à des familles le décès d’un proche aimé, jeune ou moins jeune, mort, le plus souvent, à la suite d’un traumatisme ou d’un accident vasculaire cérébral.

L’annonce de cette mort inattendue constitue le premier traumatisme pour une famille en détresse. Ayons à cœur de ne pas lui infliger un second traumatisme, celui de prendre position pour nous.

C’est pourquoi, il est essentiel, tandis que nous sommes bien vivants de prendre position : inscrivons nous sur le registre   automatisé national des refus si tel est notre choix.

Par contre, si notre choix est d’être donneur d’organes et de tissus  , parlons-en à notre famille, elle portera à la connaissance du médecin le témoignage   de notre volonté, ultime respect dû au défunt.

Élisabeth.


Annonces

Recherche Bénévoles

Même avec peu de disponibilité, vous pouvez soutenir la lutte contre la pénurie de greffons et la cause du don d’organes dans votre localité.

Logo CDO