Nécessité d’exprimer sa position dans le calme avant un drame

mardi 9 mars 2010
par  Pierre PETITGAS, Yolande BERTRAND-LABORDE
popularité : 16%

L’approche de l’entourage d’un patient en état de mort encéphalique  , est extrêmement sensible puisque le contexte de cette mort est toujours d’origine violente, considérée comme particulièrement injuste dans le cas de certains accidents de la voie publique.

L’entourage est donc au moment de l’annonce de la mort dans la situation la plus angoissante qui soit, d’où cette grande difficulté d’aborder sereinement le questionnement relatif à la position du décédé sur le don d’organes.

L’attitude des équipes prenant en charge ces donneurs potentiels est donc basée sur le respect la tolérance et l’empathie.

Avant d’aborder la notion de don, il est évident que l’entourage doit avoir validé qu’il a bien reçu l’information. C’est à ce moment seulement, que l’on peut commencer l’entretien en vue du don.

La famille n’a, dans la majorité des cas, jamais été confrontée à ce type de demande et est très souvent désarmée pour s’exprimer sur la volonté du défunt.

L’effort pour essayer de penser à sa place est énorme, d’où l’intérêt de s’être exprimé au calme, avant le drame.

Chantal.


Annonces

Recherche Bénévoles

Même avec peu de disponibilité, vous pouvez soutenir la lutte contre la pénurie de greffons et la cause du don d’organes dans votre localité.

Logo CDO