Collectif Don d’Organes

Réunir les énergies pour Convaincre les décideurs

Accueil > Don d’Organes & de Tissus > Prélèvement, Greffe...+ ? > Chiffres clés du prélèvement et de la greffe

Chiffres clés du prélèvement et de la greffe

Pour bien comprendre la situation française du prélèvement   et de la greffe  , il est utile de connaitre quelques chiffres annuels révélateurs.

Si l’on doit retenir un seul indicateur factuel, c’est indéniablement la pénurie de greffons.
La pénurie de greffons a été constatée et dénoncée lors du colloque international auquel le Collectif du Don d’Organes a participé les 4 et 5 mai 2009, rue de l’Ecole de Médecine à Paris.
Durant ce colloque, plusieurs intervenants médecins, à la tribune, ont insisté sur la nécessité de mettre à la disposition du public un autre registre   que celui des simples refus, un registre   permettant de protéger la volonté explicitement exprimée des donneurs d’organes et de tissus  .

Ces chiffres présentés dans cette rubrique sont issus des publications de l’agence de la biomédecine et des études de l’Eurobaromètre sur le don d’organes en France.

Sur les 4 dernières années, il y a malheureusement quelques constantes très préoccupantes :

- La liste d’attente des malades en attente de greffe   augmente,
- Le pourcentage de refus familiaux (30%) semble incompressible,
- Le nombre de malades décédés par manque de greffons disponibles est inacceptable.

Sur la même période, d’autres indicateurs sont au contraire plus rassurants :
- L’âge moyen des donneurs prélevés est en augmentation,
- Le nombre de greffes semble progresser.


Ces chiffres clés   confirment l’importance du travail d’information du Collectif pour le Don d’organes pour corriger une loi incohérente et irrespectueuse :
- Refuser la fatalité d’un nombre de morts inacceptable (+800 morts/an) faute de greffons disponibles,
- Cesser de gaspiller annuellement plusieurs centaines de greffons par les refus familiaux de donneurs explicitement déclarés, et pour cela,
- mettre en cohérence le principe de solidarité du consentement présumé par l’enregistrement et la protection juridique du consentement explicite des donneurs d’organes et de tissus   humains au même titre que les refus, donc
- exiger la mise en place d’un registre   national du don d’organes et de tissus   humains.