Collectif Don d’Organes

Réunir les énergies pour Convaincre les décideurs

Accueil > Veille bioéthique Communiqués > Veille confidentielle > Prélèvement et greffe d’organes : des chiffres qui stagnent

Prélèvement et greffe d’organes : des chiffres qui stagnent

samedi 6 mars 2010, par Pierre PETITGAS, Yolande BERTRAND-LABORDE

Chiffres clésD’après un communiqué de l’Agence de la biomédecine,
les chiffres d’activités de prélèvement et de greffe   en France ont augmenté de 50% depuis 1999 pour atteindre un plateau d’activité depuis 2008”.

En 2009, l’activité globale de greffe   (4 580 greffes réalisées) est pratiquement la même qu’en 2008, qui avait enregistré 4 620 greffes.

Les chiffres restent stables pour les greffes cardiaques et reculent de 3,8% pour la greffe   rénale. Les greffes hépatique et pulmonaire enregistrent tout de même des augmentations respectives de 3,5% et 18%.

Toujours d’après l’Agence de la biomédecine, “L’augmentation importante enregistrée pour la greffe   pulmonaire depuis 2004 est à rapprocher du travail mené avec les professionnels sur les critères de proposition de greffons en vue de greffe   et sur un référentiel de la greffe   pulmonaire et cardio-pulmonaire relatif à l’organisation et la qualité des pratiques”. Le nombre de patients en attente de greffe   continue d’augmenter et s’élève en 2009 à près de 14 400 malades. C’est donc un décalage important au vu du nombre total de greffes réalisées en 2009.

Même constat pour ce qui concerne l’activité de prélèvement : après une hausse de 53% depuis 1999, on observe une légère baisse en 2009 avec 1 481 donneurs décédés en mort encéphalique   contre 1 563 en 2008. En outre, le taux de prélèvement par million d’habitant passe de 24,6 en 2008 à 23,2 en 2009.

Pour améliorer le prélèvement, l’Agence de la biomédecine a mis en place un outil de recensement des donneurs potentiels, à destination des coordinations hospitalières, qui sera amené à se développer en 2010.

L’Agence de la biomédecine assure également des formations “pour améliorer le professionnalisme tant sur le plan du recensement que sur celui de l’abord et de l’accompagnement des familles” et elle propose des outils d’autoévalution ainsi que des audits permettant d’obtenir la certification des coordinations hospitalières.

Enfin, elle a développé, en partenariat avec la Société française de transplantation  , une école francophone de prélèvement multi-organes.